• In my feeling challenge dans une rizière !

    dimanche, août 12, 2018

    Je viens de visionner la video faites par des fermiers indiens… magique ! Loin des américaines en tenues légères…

    Lire la suite

  • Passer le témoins

    mardi, août 7, 2018

    Après près de quatre décennies de loyaux services envers la compagnie Air India, une hôtesse de l’air en départ à la retraite a eu l’honneur de travailler sur…

    Lire la suite

  • A découvrir

    vendredi, août 3, 2018

    The world before her (2012) : deux femmes, deux destins. L’une veut devenir miss India, l’autre est nationaliste hindou convaincue… de Nisha Pahuja

    Lire la suite

Août
2

Author:

Commentaire

Le droit de s’asseoir !

Assujetties à des journées de 12 heures durant lesquelles elles n’avaient pas le droit de s’asseoir ou même de s’appuyer contre un mur, des vendeuses indiennes ont monté un syndicat pour protester contre leurs conditions de travail indignes. C’est la fin d’un long calvaire pour les employées des magasins du Kerala, un Etat du sud de l’Inde. La profession, presque exclusivement féminine, vient d’obtenir, en juillet, un « droit de s’asseoir » sur les lieux de travail. Les employeurs interdisaient aux vendeuses de se reposer sur un tabouret, de s’appuyer sur un mur ou même de s’absenter quelques minutes pour aller aux toilettes. Dans les centres commerciaux construits au cours des dernières décennies, elles ont aussi été priées de ne pas utiliser les ascenseurs : certains clients se plaignaient d’être obligés de prendre les escaliers, faute de place. En Inde, le client est roi, et la vendeuse doit se  tenir debout pour le servir, si possible en sari, pour donner à l’enseigne une image respectable. Et ce n’est pas après le travail qu’elle peut  espérer s’asseoir : les employées continuent de travailler chez elles, debout dans la cuisine. Malgré les problèmes de santé de ces nombreuses femmes, les grands syndicats de cet Etat, où le parti communiste est pourtant puissant, ne se sont pas souciés de leur sort. Ce sont les travailleuses elles-mêmes qui se sont pris en main. Tout a commencé en 2009, avec un premier combat. Une couturière de Kozhikode a décidé de lancer, avec des amies balayeuses et vendeuses de son quartier, l’organisation Penkoottu. A l’époque, elles se sont mobilisées pour défendre le « droit à uriner ». Les toilettes n’existent quasiment pas sur les lieux de travail. Ils figurent bien dans les plans de l’architecte au moment du dépôt du permis de construire, mais sont reconvertis en remises une fois les bâtiments terminés.  Les employées doivent donc se rendre aux toilettes publiques… ou se retenir ! Ce premier succès a donné des idées aux vendeuses d’un magasin de saris du même quartier, qui ont également réclamé le droit de s’asseoir. Penkoottu a pris de l’ampleur et décidé de créer le syndicat Asanghaditha Mekhala Thozhilali Union (AMTU), en 2016 qui fait bien plus que négocier  de meilleures conditions de travail. Ses membres l’utilisent également comme plate-forme pour venir en aide aux victimes de violences conjugales.

Continue reading “Le droit de s’asseoir !” »

Juil
30

Author:

Commentaire

Mousson en Inde

C’est l’une des conséquences de la mousson en Inde. A cause d’une inondation, des poissons se sont retrouvés à nager fans les couloirs d’un hôpital de l’Etat du Bihar, dimanche 29 juillet. Alors que l’eau sale coulait dans l’unité des soins intensifs à l’hôpital universitaire Nalanda de Patna, les patients se sont tassés comme ils ont pu sur leurs lits en attendant que le flot passe. Un proche d’un patient a même attrapé un poisson ! Une partie du rez-de-chaussée a été inondée hier après l’engorgement d’un tuyau en raison des fortes pluies. Cette mésaventure illustre les problèmes posés aux infrastructures du pays par la mousson qui sème chaque année mort et destruction. De juin à septembre, des dizaines de milliers d’immeubles et d’habitations sont régulièrement inondés.

Juil
3

Author:

Commentaire

C’est pas beau la triche

Tous les moyens sont bons pour décrocher son diplôme… y compris la triche !  Il existe d’ailleurs toutes sortes de fraudes. En 2016, les photos de parents juchés sur des échelles adossées à un centre d’examen dans l’Etat du Bihar pour souffler les bonnes réponses à leurs enfants par les fenêtres, avaient fait le tour du monde. La même année, une jeune fille sortie major de sa promotion avec des résultats éblouissants, s’était trahie lors d’une interview désastreuse affirmant que la science politique était l’étude de la cuisine. Cette année, les fraudes ont pris une autre dimension : un examen de mathématique et d’économie aurait connu des fuites importantes grâce à un système bien organisé. Moyennant finance (300 €), des professeurs auraient envoyé les bonnes réponses aux étudiants, directement sur leurs téléphone portable via Whatsapp. Une enquête est en cours, mais pour le gouvernement, cette fois les choses sont allées trop loin. Résultat : 2.8 millions d’étudiants vont devoir repasser leurs exams  et devront déposer portable, chaussure, chaussette à la porte !

Art de Vivre

Matière : le bonheur

vendredi, août 3, 2018

L’enfance ne serait-elle pas le parfait moment pour apprendre les bons réflexes pour vivre en paix ? C’est en tout cas le pari de l’éducation indienne. Dans la…

Haute gastronomie – Indian Accent

mercredi, juin 20, 2018

Inscrit depuis 2015 sur la liste des World’s 50 best restaurants, Indian Accent se cache au rez de chaussée de l’hôtel The Lodhi. Le chef Manish Mahrota propose…

C’est la saison du Jasmin de Madurai !

jeudi, mai 31, 2018

La fleur indienne par excellence : on s’en parfume, on l’offre dans les mariages, on baigne les statues de dieux et déesses de son odeur. Le plus réputé…

Heritage juif du Kerala

lundi, avril 16, 2018

Comme un murmure, presque une légende urbaine susurrée à l’oreille du voyageur attentif. Au Kerala, dont les guides retiennent généralement les plages, les plantations d’épices et les lagunes…

A Propos

Tout sur l'Inde et son actualités ! Voila ce que je vous propose de partager sur India Calling, mon blog dédié à l'Inde. Objectif ? vous faire partager ma passion de ce pays magique. Tombée amoureuse de cette destination il y a quelques années, j'y suis retourné à de nombreuses reprises. N'hésitez pas à poser des questions, à en parler autour de vous et à partager également vos bons plans sur l'inde ! Bonne visite !